L’EPILOBE EN EPI, L’amour impossible entre une elfe et un petit nain (016)

Also available in: nlNéerlandais enAnglais frFrançais deAllemand

En été, les bords des chemins, les côtés des fossés et les lisières deviennent tout roses grâce aux épilobes en epi. En automne, des milliers de petits poils voltigent dans le ciel, venant des graines ouattées. Saviez-vous que l’épilobe en epi est le fruit d’un amour impossible? Ecoutez/Lisez ce conte émouvant:

Il y a très longtemps, il y avait une famille d’elfes qui vivait au bord d’une grande, verte forêt dans un rosier tout rose. Les petites elfes jouaient tous les jours en dessous du rosier sauvage, excepté pendant l’ été quand il faisait chaud. Alors elles cherchaient du rafraîchissement en dessous de vieux arbres dans une grande, verte forêt ou elles nageaient dans un petit lac bleu.
En même temps vivait une famille de nains dans un saule noduleux courbé, pas loin du rosier sauvage. Ils ne savaient rien des elfes qui habitaient ce rosier sauvage. Un jour une elfe jouait en dessous du vieux saule, lorsqu’elle voyait, à sa grande surprise, un petit nain en train de grimper hors du saule. A partir de ce jour l’elfe et le nain jouaient chaque été ensemble dans la forêt bien fraîche.

Après quelques années ils n’étaient plus des enfants et ils tombèrent amoureux l’un de l’autre.
Lorsque l’été se terminait, ils se confièrent que tout un hiver sans la présence de l’autre serait trop long, ils voulaient partager chaque instant. Un beau jour d’automne ils racontèrent à  leurs parents qu’ils voulaient vivre ensemble. L’étonnement et la consternation des parents étaient énormes et ils interdirent à leurs enfants de se marier.
“Des elfes et des nains,” dit la mère de l’elfe tout doucement, “ne sont pas faits pour se marier.”  Le père du nain s’exclama:” Des elfes se marient avec des elfes et des nains avec des nains!”

L’elfe et le nain ainsi attristés demandèrent à la reine des elfes du conseil et essayèrent d’obtenir son  approbation, mais elle dit: « Un nain et une elfe sur le même oreiller, c’est inviter le diable à s’y mêler. »
Le nain rentra à son saule et pleura pendant des semaines entières, ce qui changea son saule en un saule pleureur. L’elfe rentra aussi à son rosier au bord du bois et pleura des jours entiers, ce qui créa un petit ruisseau en dessous de son rosier. Les parents du nain voyèrent la grande tristesse de leur fils et craignèrent qu’il ne serait plus jamais heureux. Les parents de l’elfe se firent également de grands soucis sur la santé de leur fille et craignèrent qu’elle pleurerait éternellement pour son grand amour. Ils allèrent au palais pour demander conseil à la reine des elfes. La reine ne supportait pas de voir tant de malheur et un jour d’automne tres froid elle vola vers le roi des nains pour discuter. En grande sagesse ils décidèrent ensemble que les deux pourraient vivre ensemble pour toujours, non pas en tant que elfe et nain, c’était impossible. Ils allèrent changer de forme: ils vivraient en tant que plante, la rose du saule, connue sous le nom d’épilobe en épi.
Reconnaissants et heureux, les deux amoureux acceptèrent la proposition. Et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants
Comment savons-nous que nos épilobes en épi sont les enfants de cet elfe et de ce nain?

Si vous regardez bien la fleur de l’épilobe en épi, vous appercevrez les petites ailes de l’elfe dans les pétales roses tendres et la baguette magique dans le pistil. En automne vous reconnaîtrez la barbe poileuse du nain dans les semences.

L’épilobe en épi grandit souvent dans des clairières, aux côtés d’un fossé et près de lisières.  Bienqu’elle soit une culture améliorante, elle se multiplie principalement par des rhizomes longs, qui peuvent avoir 25 ans et présentent des cernes annuels! Après la floraison d’été, la plante produit des milliers de semences laineuses, qui sont transportés tres loin par le vent. Les semences gardent leur puissance germinative pendant des années entières. Les chevreuils adorent les épilobes en épi.
Si vous voyez peu d’épilobes en épi dans certaines forêts, il y a probablement beaucoup de chevreuils.
Et si on voit beaucoup d’épilobes en épi, il y a peu ou pas de chevreuils.

 

© Els Baars, Natuurverhalen.nl