Pourquoi le diable a mis ses dents dans le roseau (017)

Also available in: nlNéerlandais enAnglais frFrançais deAllemand

Il y a longtemps, furieux à cause d’un concours perdu avec Dieu, le diable a mis ses dents dans chaque feuille du roseau. La preuve en sont les trois petits points centrés sur la  longue et étroite feuille du roseau et qu’ on appelle de ce fait  « morsures du diable ». Le roseau est une belle plante  particulière. Comment elle est venue sur terre nous est raconté avec un clin d’oeil, par une vieille légende. Ecoutez-la :  

Dieu a créé la terre en six jours et s’est reposé le septième. La semaine suivante Il a encore un peu amélioré ci et là Sa Création.  Puis tout était prêt. Les premières semaines Dieu aimait jouir tranquillement de Sa merveilleuse Création, ensuite cependant Il commençait à s’ennuyer.
Après ces quelques jours tout ne semblait pas parfait, un mal rodait. Le diable ne supportait pas que Dieu ait créé un monde tellement beau et il sabotait de temps en temps cette création. Par des tours  diaboliques, certaines plantes démangeaient violemment après leur contact et des épines apparaissaient sur les rosiers.

Cependant le diable aussi s’ennuyait de temps en temps.

Un jour, Dieu et le diable se rencontraient lors d’une promenade et découvraient leur ennui mutuel. «J’ai une idée. Pourquoi ne pas jouer un jeu au lieu de nous ennuyer? « dit Dieu et le diable trouvait cela une bonne idée. Il n’y n’avait qu’une seule règle au jeu : il devait toujours y avoir un vainqueur. Dieu gagnait le plus souvent ce que le diable ne pouvait supporter.
Un jour, Dieu avait besoin d’un défi et frappa à la porte du diable. « Dieu », disait le diable « j’ai un plan pour un jeu très difficile. Qui de nous peut créer la plus belle plante sur terre, une plante qui n’existe pas encore, qui est plus belle en  meilleure que tout ce qui a déjà été créé.» Dieu trouvait ceci une bonne idée et ils se donnaient une semaine pour la création de la cette nouvelle plante.
Tant Dieu que le diable passaient une semaine agréable, avec beaucoup de plaisir ils travaillaient à cette nouvelle création et en fin de semaine tous les deux étaient convaincus de gagner le concours parce qu’ils avaient vraiment créé quelque chose de très spécial.

Quand ils se rencontraient sept jours plus tard, c’était une journée d’été radieuse. Le diable proposait à Dieu de commencer le premier. Après 15 minutes de marche, Dieu montrait un champ plein de hautes herbes. « Regarde », dit-il au diable « comme ces herbes ondulent joliment dans le vent et comme le soleil les colore d’un merveilleux jaune doré. Je l’appelle le Blé.» Le diable faisant claquer sa langue, répondait «c’est merveilleux, vraiment, c’est très beau ». Il prenait Dieu par la main et disait « je crois que j’ai créé quelque chose d’encore plus beau ». Ils se dirigeaient vers la digue. « Regarde », disait le diable « j’ai également créé une herbe spéciale. Regarde, comme ce champ est brillant. Il est différent dans chaque saison. Au printemps les herbes sont petites et d’un vert tendre, en été elles agitent leurs épis pourpres et en hiver, elles se transforment dans une champ doré où le vent fait frétiller les feuilles. Je l’appelle le roseau. »  Dieu était impressionné par cette nouvelle création. « C’est merveilleux ce que tu as créé » disait-il au diable.  Tout fier le diable riait. « Mais » poursuivait Dieu « Je dois dire que ta culture est brillante, mais je trouve mon champ de blé encore plus beau, il est plus raffiné. Je trouve que j’ai gagné. » Le diable n’était pas d’accord. Ils discutaient toute la journée sur le résultat mais n’en sortaient pas. Ils avaient convenu qu’il y aurait toujours un vainqueur et maintenant ils semblaient aboutir sur un match nul. Juste à ce moment, deux personnes croisaient leur chemin.  « Adam et Eve, » s’écriait Dieu « vous arrivez à point. Nous avons organisé un concours à savoir qui a créé la plus belle plante, mais nous n’en sortons pas et il faut un gagnant. A vous de trancher et de désigner le gagnant. Vous êtes les juges. » Adam et Ève regardaient avec de grands yeux les champs magnifiques et répondaient que les deux champs étaient réellement beaux et qu’il y avait donc match nul. Mais ni Dieu ni le diable n’acceptaient cette réponse.  Il devait y avoir un gagnant. Adam et Ève réfléchissaient longuement et Eve disait :  «Nous trouvons en fait que les deux champs sont aussi beaux mais s’il faut un gagnant c’est le blé qui gagne et ceci parce que le blé est également de la nourriture pour nous, les êtres humains. » Cela déclenchait chez le diable une  colère aveugle! Il n’avait jamais créé de chose plus belle mais encore une fois, Dieu avait gagné. Hors de lui et plein de frustration, il mit alors ses dents dans toutes les feuilles du roseau. C’est ce que nous voyons encore toujours aujourd’hui. Si vous regardez attentivement, vous verrez au milieu de chaque feuille l’empreinte des dents acérées du diable.

 

Grâce à ces morsures du diable nous pouvons distinguer le roseau des autres espèces de la famille des graminées. De plus en plus des filtres hélofytes, se composant en grande partie de roseaux et de joncs de la passion sont aménagés afin de purifier l’eau des rivières ou des fossés. Un filtre hélofyte fonctionne comme suit : en premier lieu, l’eau coule lentement dans un fossé peu profond de façon à ce que les polluants chimiques et  métaux lourds glissent jusqu’au fond. De temps à autre ce dépot est enlevé et évacué. En outre, les berges sont élargies et aménagées en pentes douces. Dans la bande humide croissent surtout des roseaux et des joncs qui absorbent les phosphates et nitrates dans leurs tiges. En hiver, le roseau est coupé et éliminé.  L’eau propre coule dans les réserves naturelles. L’eau riche en nutriments est maintenant appauvrie en éléments nutritifs, ce qui augmente la présence de plus d’oxygène dans l’eau. Ainsi beaucoup moins d’algues poussent dans l’eau ce qui est mieux pour la plupart des plantes aquatiques et des animaux : il y a plus de diversité. En fait, ces filtres devraient être construits partout, parce que l’eau de surface aux Pays-Bas se doit d’y avoir être propre pour les êtres humains (enfants) et les animaux. Ces bandes de filtres sont idéales pour les amphibies et les oiseaux et forment des salles de maternité pour les poissons.. Même dans le coeur d’Amsterdam se trouvent des filtres d’hélofytes dans les canaux, comme  dans le Lijnbaansgracht.

 

© Els Baars, Natuurverhalen.nl

 

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.