Pourquoi la bergeronnette est si anxieuse (007)

Also available in: nlNéerlandais enAnglais frFrançais deAllemand

A la campagne il ne faut pas chercher longtemps avant d’apercevoir quelques bergeronnettes grises. Il s’agit d’un bel oiseau blanc et noir qui semble quelque peu nerveux. Vous vous êtes déjà demandé pourquoi la bergeronnette regarde toujours autour d’elle d’un air inquiet et pourquoi elle n’arrête pas de sautiller ? Cela a quelque chose  à voir avec un vol brutal.
Ecoutez le conte que voici :

Au moment de leur création, tous les animaux avaient besoin de couleurs, de pattes, d’oreilles, d’yeux et d’autres attributs. La quantité d’animaux était telle qu’à la fin il ne restait plus de queues. La taupe et le grand fier ours devaient se contenter d’une queue minuscule. Quand toutes les queues avaient déjà été distribuées vint seulement le tour d’un oiseau blanc et noir. Il n’aurait par conséquent pas de queue, ce qui le rendait très triste. Il avait honte et se sentait très laid. Au même moment, le troglodyte mignon était tout fier de sa magnifique queue noire bien longue. L’oiseau blanc et noir lui jeta des regards méprisants et jaloux, il rêvait d’un plumage aussi gracieux que celui que possédait le petit oiseau. Ca mettrait tellement bien sa beauté blanche et noire en valeur ! Il était convaincu qu’il y avait plus de droit que le troglodyte parce que, tout compte fait, c’était vraiment ridicule qu’un si petit oiseau ait de si jolies plumes. Il mijotait une ruse. Pendant des journées entières il attendait le moment propice. Quand le troglodyte mignon était endormi dans les buissons lors d’un beau jour d’été, l’oiseau blanc et noir vola avec une rapidité fulgurante sa magnifique queue et s’enfuit dans une ferme bien éloignée. Là, personne ne pourrait le trouver.
Très prudemment, il colla les plumes longues à son propre petit bout. Comme il était heureux avec cette belle queue ! Tout fier, il alla se promener et regarda son reflet dans l’eau.
Mais l’addition de ce sale coup était très salée : à partir de ce jour sa vie fut dominée par la peur qu’un jour, à un moment d’inattention, le troglodyte viendrait récupérer sa queue. C’est pourquoi il habite toujours dans des régions éloignées et calmes. Il regarde sans cesse autour de lui pour voir si personne n’essaie de lui prendre ses plumes. Toutes les deux minutes il sautille pour voir si ses magnifiques plumes longues se trouvent toujours sur son derrière. Toute sa progéniture a hérité de son caractère agité.
Et comment l’histoire se termine-t-elle pour notre petit ami, le troglodyte mignon ?
Quand sa longue queue fut volée, il ne lui restait qu’un tout petit bout. Libéré du poids de ses plumes, le petit bout de queue se levait, tout léger, et c’est grâce à cette petite queue typique que nous reconnaissons le troglodyte mignon du premier coup d’œil. Ca fait longtemps qu’il ne pense plus au vol parce que ce n’est pas si mal de vivre sans queue : maintenant il sait bouger sans problème dans les petites espaces entre les branches des buissons.

histoires connexes: hibou et troglodyte

Partout en Europe on voit souvent à la campagne des bergeronnettes grises et des bergeronnettes des ruisseaux. Elles adorent vivre dans des régions calmes où on trouve facilement des insectes.
La bergeronnette des ruisseaux préfère les régions humides et calmes telles les prairies humides, les marais et les bords des rivières.
La bergeronnette grise est moins délicate et nous la trouvons partout.
En automne, la plupart des oiseaux s’envole vers des régions plus chaudes mise à part une petite partie des bergeronnettes grises qui hiberne.

 

© Els Baars, Natuurverhalen.nl

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.