Comment la mort du diable a perdu sa vertu curative (042)

Also available in: nlNéerlandais enAnglais frFrançais deAllemand

En été la mort du diable colore  d’un bleu pourpre les sols pauvres et humides des champs. Auparavant la fleur était une plante médicinale importante, mais ce temps-là est révolu. Comment cela est-il arrivé ? Trop de succès ! Écoutez :

Il y a quelques centaines d’années vivait une pauvre mais très belle fille de meunier. Elle supportait  difficillement la pauvreté.
Elle avait dû enterrer sa mère et son frère suite aux privations et maladies. Quand un jour, son père aussi semblait être la proie d’une maladie contagieuse et mortelle, elle était désespérée. «Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour que mon père aille mieux!» s’exclamait-elle. Au moment même où elle prononcait ses mots, un diable apparut.
« Tu pourrais guérir ton père avec la clé du monde secret des plantes médicinales.  Je t’offre cette clé secrète en échange pour ton âme » chuchotait-il à son oreille.  Sans aucune hésitation la fille acceptait la proposition du diable et très vite son père guérit avec l’aide d’une plante médicinale ».
Puisque dès à présent elle avait acquis toute la connaissance des plantes médicinales, d’autres personnes imploraient son aide.  Et très vite tous les malades du village se rétablissaient grâce à son usage dévoué de sa connaissance des plantes qu’elle avait achetée au diable.
Quand sa renommée acquise arrivait bien au-delà des limites du village et que les gens commençaient à la considérer comme une sainte, le diable pris peur : ceci n’avait jamais été son intention ! Sans concertation, il annulait le contrat en  rendant la jeune fille aveugle afin qu’elle ne puisse  plus chercher ni préparer les plantes médicinales. À cette époque la cécité était guérie avec la racine d’une petite plante, qui poussait en abondance dans les prés humides : une grande fleur pourpre, la mort du diable. Satan mordait un morceau de la racine afin d’empêcher que la fille se guérisse elle-même avec les substances médicinales de la racine de cette plante. Depuis ce jour la mort du diable n’a plus jamais pu guérir d’ yeux. De plus, la grande fleur a été réduite jusqu’à une petite fleur. Heureusement, elle avait conservée sa beauté, mais depuis lors il est presque impossible pour l’oeil humain d’admirer les magnifiques petites fleurs, maintenant on a besoin d’une loupe.     

Autrefois, la mort du diable était une plante commune dans les prés de fauchage. Ceci a fortement diminué parce que le nombre de prés humides diminuait de façon drastique à cause des bas niveaux  des eaux souterraines dans les régions agricoles. La plante pousse le mieux dans les endroits froids et humides, comme les sols tourbeux et les cuvettes humides des dunes. Le rhizome est remarquablement court et a comme une cicatrice au pied  qui serait, selon cette légende, une « morsure du diable ». Nous retrouvons ceci dans le nom latin : Succísa praténsis dans lequel Succísa, veut dire «coupé court» et praténsis signifie « dans le champ ». La belle fleur ronde ressemble à un vieux bouton, d’où le nom néerlandais : blauwe knoop (bouton bleu). Pourquoi il est appelé bleu ? Bleu violet semble plus approprié.

 

© Els Baars, Natuurverhalen.nl